PHOTOS TABLE RONDE DU 09 NOVEMBRE 2016

Fidèles au rendez-vous, les juristes africanistes se sont retrouvés mercredi 09 novembre 2016 pour débattre autour du thème suivant : Théorie de l’oralité des cultures africaines : une arme conceptuelle coloniale ? 

Cette table-ronde a été organisée par le Pôle Histoire et Culture de l’Afrique.

Elle a été l’occasion de nous réunir autour d’un verre et de débattre de la question de la place des écritures africaines. En effet, berceau de l’humanité, le continent africain est aussi un immense espace géographique et culturel qui vit naître des écritures réputées être parmi les plus anciennement inventées sur la terre, comme les hiéroglyphes d’Égypte ou l’écriture méroïtique de la haute vallée du Nil ; s’y développèrent dès l’Antiquité d’autres systèmes, alphabétiques ou syllabiques : écritures punique et libyco-berbère, ; écritures éthiopiennes en Afrique de l’Est. Dans le continent africain, riche en systèmes de signes, l’écriture participe de toute représentation visuelle.
Nous avons accueillis deux intervenants :
  • Monsieur Amzat BOUKARI-YABARA, Docteur associé, Centre d’études africaines, EHESS, Paris. Chercheur invité à l’Université de Montréal et à l’Université Ben Gourion du Négev ; et
  • Monsieur Eden SAADA  : Professeur et Responsable du Pôle Relations Internationales du RIJA